TransLittéraires

Équipe « TransLittéraires »

Responsables : Patricia Rochwert-Zuili et François Raviez

« TransLittéraires » se définit comme un lieu de convergence de travaux à vocation :
- transdisciplinaire : les membres sont issus, sans exclusive, des champs des littératures française et étrangères, de la littérature comparée, de l’histoire des représentations, des arts, et notamment des arts du spectacle. Les travaux engagés en commun permettent de croiser les perspectives et contribuent à l’enrichissement de la réflexion dans chacun de ces domaines.
- transculturelle : au sein de « TransLittéraires » sont représentées plusieurs aires culturelles, de la latinité tardive aux littératures et civilisations francophone, anglophone, germanophone, hispanophone, chinoise.
- transhistorique : « TransLittéraires » regroupe des spécialistes de toutes époques, de l’Antiquité jusqu’à l’extrême contemporain, ce qui permet d’alterner des rencontres en synchronie, centrées sur une période historique, et des études en diachronie autorisant des synergies. Les colloques annuels de Graphè suivent ainsi chaque fois un programme qui les mène, sur un même épisode biblique, depuis les lectures des Pères de l’Église jusqu’aux réinvestissements récents, dans le texte et l’image.
- transversale : le choix d’un positionnement dans les marges ou aux frontières du littéraire fédère l’équipe, dont une part importante travaille sur des objets à divers degrés « populaires » ou « illégitimes », ou encore sur les relations du littéraire aux autres discours, historique, scientifique, artistique…
Les recherches des membres de « TransLittéraires » sont donc centrées, d’une façon générale, sur l’histoire, l’analyse et la comparaison des pratiques d’écriture ainsi que sur les différents types d’interaction entre la littérature, l’histoire, les arts et les sciences. 
La représentation en écriture et en image, la réception, l'étude des littératures orales et des problèmes résultant des phénomènes d'oralité dans la création littéraire, l’intertextualité, la question des genres, de l’entre-deux ou des marges, ou encore la littérarisation de l’expérience et la reconstitution du passé constituent ainsi les principaux centres d’intérêt de « TransLittéraires ».
Les travaux de « TransLittéraires » s’organisent, pour la période 2012-2014, autour de trois thèmes de recherche, qui se retrouvent dans son séminaire de spécialité : 
- Imaginaire et sacré.
- Marges et frontières de la littérature.
- Mémoires du passé.

Visiter le site de TransLittéraires